Le sens de la vie

sens-de-la-vie1.gifVanité des vanités, disait l'Ecclésiaste. Vanité des vanités, tout est vanité !

Quel profit l'homme retire-t-il de toute la peine qu'il se donne sous le soleil ?

Une génération s'en va, une génération arrive, et la terre subsiste toujours.

(Ec 1, 2-3)

 

L’auteur du livre de l’Ecclésiaste commence ainsi son récit dans la Bible. Dans la vie tout n’est que vanité. A quoi sert-il finalement de vivre, qu’est ce qui définit le sens de la vie humaine ? Voilà une question essentielle à laquelle nous avons pourtant du mal à répondre. Pourtant quand des parents demandent le baptême pour leur enfant, ils célèbrent cette vie. Ce sacrement est porteur en lui-même de sens pour ceux qui le demandent.

Comment pourrions-nous définir cette vie que nous souhaitons célébrer ?

La vie est d’abord une lutte, on parle de survie, c’est la loi du biologique qu’on peut résumer ainsi : manger ou être mangé. La vie se bat pour vivre.

Nous avons naturellement le goût de la vie, nous nous battons pour que notre vie soit la meilleure possible, même si parfois par accident elle n’est plus supportable. Même lorsque nous nous plaignons que la vie n’est pas bonne, c’est pour dire que normalement elle devrait l’être.

 sens-de-la-vie2.gif

La vie se partage, en témoigne l’enfant qui vient de naître, la vie nous la partageons avec d’autres, l’homme ne vit pas simplement en troupeau il vit en relation, relation sociale qui vont aussi donner du sens à notre vie.

C’est d’ailleurs le premier sujet abordé par la Bible dans le récit qui met en scène Adam et Eve. Ainsi l’homme vit dans le jardin d’Eden, qui représente le paradis, et l’harmonie dans les relations entre Dieu et   l’Homme entre les Hommes (représentés par Adam et Eve). Le vrai bonheur réside dans les relations d’amour et de confiance réciproques.

On peut donc dire que nous sommes tous faits pour être heureux, mais que le but est loin d’être atteint aussi aisément que ça en a l’air. Le christianisme ne propose pas de chemin de bonheur ou de méthode, nous préférons parler de vocation. C’est un appel à vivre les béatitudes. Béatitudes qui doivent être comprises non comme une morale, sans quoi nous pourrions vite nous décourager face aux exigences des béatitudes. Elles sont en fait une description de qui est Jésus, et cette description dessine le chemin de la vie chrétienne. Il faut lire ce texte comme une dynamique, un appel à aller toujours plus loin. Ce mot heureux sans cesse repris, est un appel à sortir de nous même pour nous tourner vers Dieu, à ne  jamais baisser les bras et à aller de l’avant. Appel vers un infini qui nous dépasse.

 sens-de-la-vie-3-2.gif

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site